Ventilation pendant la crise du coronavirus

Bien ventiler est une nécessité pour avoir un environnement intérieur sain. Cela aide également à limiter la propagation des virus tel que le COVID-19.

Il est établi que la diffusion du coronavirus via des aérosols joue un rôle important dans la transmission de l’infection virale au sein des espaces clos. Outre une contamination via des gouttelettes plus grosses, qui sont inhalées à courte distance, et par un contact indirect via des surfaces contaminées, les aérosols peuvent se diffuser dans l’espace, rester présents dans l’air durant des heures et s’accumuler dans cet espace. Ces particules minuscules (généralement inférieures à 5 μm) pénètrent ensuite profondément dans les poumons et peuvent ainsi jouer un rôle important dans la propagation de maladies à distance (plus de 2 mètres). Si vous séjournez longtemps dans un espace mal ventilé en présence d’une personne contaminée, vous accroissez considérablement le risque d’être contaminé, même en respectant la distance de sécurité physique.

Code sur le bien-être au travail

Le Code sur le bien-être au travail contient un certain nombre de dispositions relatives à la qualité de l’air intérieur dans les locaux de travail. Ces dispositions ont été actualisées en 2019 et se trouvent dans le livre III (Lieux de travail), titre 1er (exigences de base), chapitre IV (aération : articles III.1-34 à III.1-37).   Ces règles fondamentales ont été élaborées de manière plus détaillée dans une directive pratique.

COVID-19

Ces règles ne tiennent pas spécifiquement compte du COVID-19. Pour cet aspect, le Conseil supérieur de la santé recommande, dans son avis n° 9616 du 3 février 2021, de viser dans les espaces clos un taux de CO2 inférieur à 800 ppm, de préférence même plus bas que cette valeur. En effet, une mesure de concentration en CO2 plus élevée que les valeurs recommandées ou exigées est un bon indicateur d’une ventilation insuffisante et/ou d’un taux d’occupation du local trop élevé. Dans ce cas, des mesures correctives s’imposent.

Une concentration en CO2 plus faible indique que le taux de ventilation est raisonnable en fonction du nombre de personnes présentes, mais, tout comme une ventilation suffisante, ne donne aucune garantie sur l’absence d’un risque d’infection.

Le Commissariat Corona du Gouvernement a élaboré des recommandations COVID-19 (DOCX, 31.72 Ko) similaires pour la gestion de la qualité de l’air.

La Task Force « Ventilation » du Commissariat Corona a élaboré des recommandations pour la mise en œuvre pratique et le contrôle de la ventilation et de la qualité de l'air intérieur dans le contexte de la pandémie de COVID-19 (version 2) (PDF, 2.08 Mo). Elle a également rédigé le document Choix et utilisation de capteurs de CO2 dans le contexte du COVID-19 (PDF, 2.34 Mo). Il s'agit de recommandations générales qui s'appliquent dans un contexte ordinaire. Dans certaines situations ou pour certains secteurs, des règles plus spécifiques peuvent s'appliquer.

C'est le cas pour le secteur événementiel, pour lequel l’AM du 28 octobre 2020 prévoit que, en vue de l'organisation d'événements au sens large, l'autorité locale doit utiliser un outil (COVID INFRASTRUCTURE RISK MODEL) lui permettant d'analyser une infrastructure sur son territoire pour l'organisation d'événements indoor au regard des mesures sanitaires en vigueur (voir Mesures sanitaires à appliquer dans les secteurs de la culture et de la jeunesse - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles). Cet outil indique, entre autres, les exigences auxquelles doit satisfaire la ventilation de cette infrastructure pour que l'événement puisse être organisé à l'intérieur.

Spécifiquement pour les entreprises, le guide générique ‘travailler en sécurité’ (PDF, 7.92 Mo) insiste sur la nécessité de prévoir une ventilation suffisante et régulière des locaux de travail et des équipements sociaux, soit par une ventilation naturelle (par exemple, en ouvrant des fenêtres, des portes), soit par une ventilation mécanique. Le but est de ventiler l’espace autant que possible avec de l’air frais extérieur ou avec de l’air purifié de virus.

Si nécessaire, le nombre de personnes à l’intérieur doit être réduit et une ventilation supplémentaire doit être assurée, en utilisant autant que possible de l'air frais provenant de l'extérieur.

Hiérarchie des mesures de prévention

La hiérarchie des mesures de prévention doit bien entendu être respectée à tout moment : le télétravail reste la meilleure mesure de prévention pour contrer la propagation du virus, du moins pour les fonctions où il peut être organisé. Cette mesure veille à ce que des travailleurs ne soient pas exposés à des risques sur le lieu de travail et pendant les déplacements domicile-lieu de travail. Si des travailleurs doivent malgré tout se rendre au travail, la distanciation sociale et les mesures d’hygiène doivent être appliquées au maximum sur le lieu de travail. A cette fin, des mesures matérielles, techniques et/ou organisationnelles doivent être prises. Le principe général qui veut que les mesures collectives priment sur les mesures purement individuelles reste toujours d’application.

Plus d’informations

Vous voulez tout savoir sur la ventilation et l'importance d'une bonne qualité de l'air ? Regardez notre vidéo d'information dans laquelle nous donnons la parole à différents experts.

Regardez également la courte vidéo de sensibilisation et l’affiche.